Pourquoi le pétrole brut doit il subir une distillation fractionnée ?

Importation pétrole
Image Pourquoi le pétrole brut doit il subir une distillation fractionnée ?

Une fois extrait, le pétrole brut n'est pas encore utilisable. Composé de différents produits, il doit encore être distillé par fraction avant d'être raffiné.

Le procédé par distillation fractionnée

Lors de la formation du pétrole, le sédiment se transforme en kérogène qui est converti, à son tour, en hydrocarbures. Durant ces phases, l'oxygène et l'azote laissent place à du dioxyde de carbone et à de l'hydrogène, ce qui donne lieu à différents types de composants qui se distinguent par la longueur de leurs chaînes carbonées.

C'est là que la distillation fractionnée entre en scène. L'objectif consiste à séparer les différents types de composants des hydrocarbures. Le procédé nécessite une colonne de séparation qui permet de recueillir les produits en fonction de leur température d'ébullition. De cette manière, les produits se séparent suivant leur structure moléculaire.

Transposer dans le raffinage du pétrole, la colonne de séparation est constituée d'une tour de distillation de 60 m de hauteur et de 8 m diamètre. Pour fractionner le pétrole brut, on l'introduit dans cette tour et on le chauffe à 400 °C.

Les deux procédés de distillations

Les composants se vaporisent alors en fonction de leur point d'ébullition. On distingue alors :

  • les légers, recueillis en haut
  • les moyens, recueillis à mi-hauteur
  • les lourds, recueillis en bas

Cette première phase est appelée la distillation atmosphérique. Ensuite on procède à la distillation sous vide pour séparer les produits lourds et les résidus. Pour cela, on effectue la même opération, mais dans un milieu dépressurisé. Les produits plus volatils atteignent alors le point d'ébullition à faible température alors que les produits lourds restent en bas.

Lors de ces différentes étapes, on obtient différentes coupes sur la hauteur de la colonne de distillation.

Les différentes coupes et leur composition

La coupe légère se situe en haut. Elle est constituée de propane, de butane et d'autres gaz combustibles. Ils représentent 1 % du pétrole brut. Elle et également composée d'essences représentant 22 % du brut.

Ensuite, la coupe moyenne vient avec du kérosène, constituant 9 % du pétrole brut. On y trouve aussi du gazole qui peut être léger ou lourd. Il représente 27 % du pétrole brut. Enfin, les résidus et les produits lourds se trouvent dans la coupe lourde, en bas, représentant 41 % du brut.

Après distillation par fraction, la plupart des produits sont envoyés dans une unité de raffinage pour être améliorés. En effet, ce procédé est destiné uniquement à casser les chaînes carbonées et en conséquence, séparer les différents composants du pétrole brut. Philia SA dispose d'une équipe qualifiée pour effectuer ces tâches.

Si après la distillation, les gaz sont directement commercialisables, ce qui n'est pas le cas des autres produits. Ils passent alors par d'autres procédés. C'est ainsi qu'on obtient des carburants respectant les normes en vigueur.

Pour leur part, les coupes lourdes passent par le craquage catalytique pour obtenir du gazole et du fuel lourd. Enfin, par viscoréduction, on obtient du fuel lourd et du bitume. Pour obtenir le maximum de produits utilisables, Jean Philippe Amvame, dirigeant de Philia SA, mise sur des raffineries de qualité et du personnel qualifié.